La réglementation en matière d’hoverboard en France

La réglementation en matière d’hoverboard en France

En quelques années, l’hoverboard a conquis le cœur du public, que ce soit aux États-Unis, au Canada, en France, en Belgique, au Royaume-Uni et partout en Europe et dans le monde.

C’est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux à circuler dans les agglomérations urbaines. Il convient donc de se pencher sur la réglementation qui s’applique à ce nouveau moyen de déplacement personnel urbain. Sont-il considérés comme des vélos et dans ce cas doivent circuler sur la route ou plutôt comme des piétons et peuvent alors rouler sur les trottoirs? Voyons cela ensemble.

Qu’est-ce qu’un hoverboard ?

Dans les années 1990, les cinéphiles se passionnaient pour les aventures d’un jeune homme qui se déplaçait sur une sorte de planche qui gravitait à quelques centimètres au-dessus du sol. Aujourd’hui, les ingénieurs et les designers ont conçu le skate électrique qui ressemble plus ou moins à l’engin utilisé par Marty Mac Fly dans le film « Retour vers le futur 2».

Le hoverboard est composé d’une planche sur laquelle l’utilisateur pose les pieds et de deux roues sur le côté. Il est doté de deux petits moteurs électriques qui sont alimentés par une ou plusieurs batteries.

Ce moyen de déplacement urbain permet de se déplacer sans effort et sans nuire à l’environnement puisqu’il n’émet aucune particule de CO² ni de gaz nocif. Il s’agit donc d’un moyen de déplacement totalement écologique. Pour avancer, vous devez simplement pencher votre corps vers l’avant. Il possède une autonomie d’environ 20 kilomètres et peut atteindre une vitesse de pointe de 15 km/h.

Aujourd’hui, l’hoverboard séduit aussi bien les jeunes que les adultes par ses côtés pratiques et fun, ainsi que sa grande facilité d’utilisation.

Que dit la loi sur l’utilisation d’un hoverboard ?

L’hoverboard connaît un succès de plus en plus croissant au fil des jours. Comme tous les nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI), nombreux sont ceux qui l’utilisent au quotidien pour se rendre au travail, à l’école, à l’université, etc. Il est donc utile de s’informer sur la réglementation en matière d’hoverboard en France avant d’enfourcher son skate électrique.

Il convient de souligner qu’une certaine ambiguïté règne en ce qui concerne la législation qui s’applique aux NVEI. En effet, pour de nombreuses personnes, il est normal qu’ils circulent sur les trottoirs et non sur les routes. Or, la loi stipule que les véhicules motorisés qui peuvent dépasser les 6 km/h et qui disposent d’un siège doivent rouler sur la route.

Et comme les hoverboards ne possèdent pas de siège, normalement donc, ils doivent circuler sur les trottoirs.
Mais en fait, la législation française est claire : il est interdit d’utiliser l’hoverboard sur les voiries publiques, qu’il s’agisse de voies de circulation, des trottoirs ou des pistes cyclable. Par contre, vous pouvez monter sur votre skate électrique sur les voiries privées, comme l’allée d’une résidence privée ou le chemin d’une propriété privée.

Il convient de souligner que vous risquez une peine d’un an d’emprisonnement assortie d’une amende de 15 000 € si vous faites preuve d’un comportement dangereux qui va mettre en danger la vie des autres délibérément.

De plus, la réglementation en matière d’hoverboard en France vous oblige à souscrire une assurance responsabilité civile. De cette façon, les dommages causés à autrui comme les dégâts matériels sur un autre véhicule ou la blessure d’un piéton sont couverts par cette assurance.

Il ne faut pas hésiter à contacter votre compagnie d’assurance afin de souscrire une assurance pour votre hoverboard ou simplement adapter votre contrat d’assurance habitation afin de bénéficier d’une couverture optimale lorsque vous utilisez votre skate électrique.


Les commentaires sont clos.